La conférence RE3 s’est tenue à Québec du 11 au 16 juin 2023, sous le thème » De la réhabilitation à la restauration à l’ensauvagement». L’Association canadienne de la tourbe de sphaigne était le principal commanditaire de la conférence, alors que le Créneau Tourbe et substrats a été impliqué dans l’organisation de plusieurs activités.

La conférence était un événement conjoint entre la Society for Ecological Restoration – Eastern Canada (SER-EC) et l’Association canadienne de réhabilitation des sites dégradés (ACRSD), en collaboration avec d’autres organisations, y compris le chapitre canadien de la Society of Wetland Scientists (SWS Canada), l’International Society for Horticultural Science (ISHS) et l’International Peatland Society (IPS). La plupart des 700 participants étaient des chercheurs scientifiques nationaux et internationaux, des consultants, des universitaires ainsi que des représentants de l’industrie et du gouvernement impliqués dans tous les aspects de la restauration. La présidente de la conférence, Line Rochefort (Université Laval), la coprésidente Maria Strack (Université de Waterloo) et la coorganisatrice Fannie DesRosiers (ACRSD) ont également mis l’accent sur la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes (2021-2030) tout au long de l’événement.

La CSPMA et le Créneau ont fait connaître leur présence et leur visibilité en prononçant un discours lors de la cérémonie d’ouverture, en présidant et contribuant à des événements-clés, ainsi qu’en participant à diverses présentations et à des panels de discussion. Avec le soutien de leurs membres, les associations ont également organisé un kiosque commun présentant l’industrie de la tourbe ainsi que des excursions sur le terrain axées sur la durabilité de l’industrie canadienne de la tourbe horticole, en particulier ses actions de restauration et les résultats de décennies de soutien et d’investissement en recherche. Voici un résumé des principales réalisations de la CSPMA et du Créneau au cours de la conférence :

Discours lors de la cérémonie d’ouverture
La présidente de la CSPMA, Asha Hingorani, a pris la parole à l’ouverture de la conférence pour expliquer pourquoi l’industrie horticole de la tourbe commandite et supporte une conférence axée sur la restauration des écosystèmes. Les mots d’Asha ont évoqué les 30 ans d’histoire de l’industrie en matière de recherche, ainsi que les actions et les résultats qui en découlent.

Kiosque de l’industrie canadienne de la tourbe
Avec l’appui d’autres commanditaires de RE3 (Berger, Sun Gro Horticulture et Premier Tech), la CSPMA et le Créneau ont présenté un stand collaboratif de l’industrie de la tourbe mettant l’accent sur les piliers de ses initiatives de durabilité : le soutien à la recherche universitaire, les meilleures pratiques de gestion, les efforts de restauration et la certification Veriflora. Le kiosque fournissait des informations sur les tourbières et la production responsable de tourbe, et comprenait une démonstration miniature du processus de restauration, des vidéos démontrant des opérations sur le terrain et des échantillons de tourbe et de végétation des tourbières.

Atelier Global Peatlands Initiative (GPI)
Les 10 et 11 juin, un atelier a été tenu par GPI afin de favoriser la collaboration vers une gestion concertée des tourbières au Canada. L’objectif de cet atelier était de mobiliser la recherche multidisciplinaire et la collaboration pour compiler et consolider les connaissances, les données et l’expérience canadiennes sur les tourbières du pays.

Le premier jour de l’atelier, environ 70 participants ont visité la tourbière post-extraction de Saint-Henri de Premier Tech. Le site a été restauré sur plusieurs années, ce qui en fait un excellent site de démonstration pour observer les résultats des actions de restauration au fil du temps, ainsi que pour visiter un site donneur bien régénéré. Frédéric Caron, président de l’APTHQ et directeur des ressources chez Premier Tech, a également participé à un panel de discussion au nom de la CSPMA. Frédéric a donné un aperçu de la façon dont l’industrie a travaillé et continue de travailler avec les gouvernements sur les politiques relatives aux tourbières à travers le Canada.

Formation sur la restauration des tourbières
Dans le cadre du programme pré-conférence, Marie-Claire LeBlanc (responsable des projets tourbières et des communications à la CSPMA et au Créneau) et François Quinty (WSP) ont donné un cours de formation d’une journée sur la restauration des tourbières par la technique de transfert de la couche muscinale. Les 13 participants provenaient de divers pays, domaines et milieux, y compris des groupes de recherche, des cabinets de consultants, des gouvernements provinciaux, des organisations de bassins versants ainsi que des entreprises de production de tourbe et de gestion des tourbières.

Session sur les femmes en restauration
Présidée par la CSPMA, la session a débuté par une présentation inspirante des co-PDG de Berger, Valérie Berger et Mélissa Berger, qui ont parlé de leurs valeurs fondamentales et de la direction d’une entreprise du point de vue féminin. Plus tard, Asha Hingorani, présidente de CSPMA, a présidé un panel de femmes œuvrant dans le domaine de la restauration écologique qui ont également partagé leur parcours et leurs histoires. Berger a également remis les premiers Prix Berger pour la restauration des écosystèmes, reconnaissant le rôle des femmes dans ce domaine.

Excursions mi- et post-conférence
Le CSPMA et le Créneau ont organisé deux excursions dans la région de Rivière-du-Loup sous le thème «Gestion responsable des tourbières : de l’extraction de la tourbe à la restauration des tourbières «. Les visites, qui comportaient des explications par l’équipe des deux organisations, des producteurs de tourbe ainsi que des chercheurs et des étudiants de l’Université Laval (Groupe de recherche en écologie des tourbières), de l’Université McGill et de l’Université Queen’s ont donné un bon aperçu de l’industrie canadienne de la tourbe, de son approche en matière de développement durable et de la science qui la sous-tend. Le 14 juin, l’excursion de mi-conférence a permis à 30 participants de 9 pays de visiter un site d’extraction de tourbe, une usine de conditionnement et mélange ainsi que la tourbière restaurée de Bois-des-Bel. L’objectif de cette excursion était de présenter l’industrie en mettant l’accent sur la science des substrats de culture.

Du 16 au 18 juin, l’excursion post-conférence était davantage axée sur la recherche scientifique. Malgré la pluie, 22 participants du Canada et de 7 pays européens ont visité un site d’extraction de tourbe et plusieurs sites restaurés suivant un gradient chronologique. Berger et Premier Tech ont reçu le groupe sur leurs sites et lors de soupers, ce qui a permis de rencontrer les participants et de partager de leur vision de l’industrie de la tourbe. L’excursion a suscité des discussions sur le succès de la méthode de restauration et l’étendue dans laquelle elle est appliquée par l’industrie, ainsi que sur les émissions de gaz à effet de serre associées à l’extraction et à la restauration.

International Peatland Society (IPS) et Growing Media Europe (GME)
RE3 a été une excellente occasion de rencontrer en personne nos partenaires internationaux. Des membres, dont de nombreux membres du conseil exécutif de l’International Peatland Society (IPS) et de Growing Media Europe (GME), ont participé à RE3.

Au cours de la semaine, la directrice scientifique de la CSPMA, Stéphanie Boudreau, a également eu l’occasion de rencontrer directement Örjan Berglund, responsable scientifique de l’IPS, et Alexander Sentinella, coordinateur scientifique de Growing Media Europe. Alexandre et Örjan ont tous deux participé à des excursions organisées par le CSPMA et le Cluster pour visiter des tourbières dans la région de Rivière-du-Loup.

Sessions scientifiques et événements parallèles
Tout au long de la conférence, les sessions scientifiques ont fourni de nombreuses occasions aux membres de la CSPMA et du Créneau de parler de leur vision de l’industrie de la tourbe et de sa gestion responsable, de fournir et de discuter d’exemples d’application de la méthode de restauration des tourbières et de l’importance de la tourbe en tant que substrat de croissance dans le contexte actuel. Les collaborateurs scientifiques et les étudiants ont également fait de nombreuses présentations exposant les résultats de leurs recherches et l’avancement de leurs projets. De nombreux événements parallèles ont également eu lieu pendant la conférence, offrant ainsi d’excellentes opportunités d’échange et de réseautage.

La conférence RE3 a été un véritable succès et les leçons apprises, les nouvelles rencontres, les nombreuses discussions et les idées partagées influenceront certainement l’approche de l’industrie en matière de restauration et de gestion responsable des tourbières à l’avenir. La CSPMA et le Créneau Tourbe et substrats du Québec remercient leurs membres et le ministère de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie du Québec pour leur soutien et leur collaboration, ainsi que l’équipe d’organisation de la conférence RE3, pour avoir fait de cet événement une telle réussite.

Photos : Marie-Claire LeBlanc, Stéphanie Boudreau, Aline Dupuis et Martine Lapointe.