Rechercher sur le site

X

La végétation des tourbières

Dans les régions boréales et tempérées, les mousses de sphaignes constituent une des principales composantes de la végétation des tourbières. Elles y jouent un rôle particulièrement important en procurant à la tourbe les qualités qui en font un produit très apprécié en horticulture. Elles forment un tapis presque continu où d’autres végétaux peuvent s’insérer et croître.

Les plantes typiques des bogs :

Comme ces tourbières sont humides, acides et plutôt pauvres en éléments nutritifs, la biodiversité est faible et composée d’espèces de plantes qui sont spécialement adaptées à ces conditions. Le bog est habituellement composé de mousses de sphaignes, d’éricacées (bleuet, petit-daphné caliculé, thé du Labrador, rhododendron), de plantes carnivores (sarracénie pourpre, drosera à feuilles rondes), de linaigrette à large gaine, de camarine noire, de canneberge et d’épinette noire.

Les plantes typiques des fens:

Les fens bénéficient d’un apport d’eau minéralisée et affichent une plus grande biodiversité des plantes. On y retrouve des quenouilles, des herbacées et des plantes vasculaires, ainsi que des arbustes et quelques arbres. Certaines des plantes retrouvées dans les bogs poussent aussi dans les fens. En fait, c’est la présence de plantes minérotrophes qui détermine si une tourbière donnée est identifiée comme un bog ou comme un fen.

Galerie de photos de plantes de tourbières

Les sphaignes (bogs)

Les sphaignes sont des plantes gorgées d’eau qui forment des coussins verts ou rougeâtres. Elles se composent d’une tige principale portant des branches ou rameaux qui sont couverts de feuilles. Le sommet de la plante, ou capitule, est formé de grappes compactes de jeunes branches. Le long des branches et de la tige on trouve des feuilles de différentes formes qui varient selon les espèces. Ces feuilles sont constituées de deux types de cellules : de petites cellules vertes et vivantes (cellules chlorophylliennes) et de grandes cellules structurelles mortes et transparentes (cellules hyalines). Ces dernières ont une grande capacité de rétention d’eau. Les sphaignes poussent de 2 à 12 cm par année. À mesure que la plante se développe, ses parties inférieures meurent et s’accumulent sous la surface pour former progressivement de la tourbe. Il y a plus de 160 espèces de sphaignes dans le monde.

3sphaignes

Le thé du Labrador (bogs)

Arborant des feuilles persistantes au revers feutré et orangé, cet arbuste se distingue facilement des autres éricacées des tourbières. Il atteint 50 cm de hauteur et possède de minuscules fleurs blanches, très parfumées et collantes, qui poussent en grappes. Préférant les endroits plus secs, on le retrouve sur les buttes et à la périphérie des tourbières. Utilisé comme succédané du thé par les Amérindiens, il demeure encore maintenant un ingrédient recherché pour la préparation de tisanes.

drosera-feuilles-rondes

La drosera à feuilles rondes (bogs)

Les droseras sont des plantes herbacées vivaces qui forment des rosettes. Le nom de cette plante vient des petites gouttes de sucs digestifs qu’on trouve au bout de chaque feuille. Cette plante carnivore piège et digère les insectes dont elle a besoin pour survivre. Le drosera pousse parmi les sphaignes dans les sols humides, acides et pauvres en nutriments.

 canneberge

La canneberge (bogs)

La canneberge est une plante vivace rampante, au feuillage persistant qui forme des tapis de tiges ligneuses horizontales de 30 à 150 cm de long et des tiges florifères dressées sur lesquelles poussent de petites baies rouges. Cette plante a été utilisée comme aliment et pour ses propriétés thérapeutiques par les Amérindiens. Une espèce apparentée, la grande canneberge, fait l’objet d’une importante culture commerciale en Amérique du Nord.

 sarracenie

 La sarracénie pourpre (bogs)

Cette plante carnivore est très ornée par rapport à d’autres plantes de tourbières. À l’intérieur de la feuille modifiée en forme de cornet, une série de poils pointant vers le bas favorise l’entrée des insectes dans la cavité tout en bloquant leur sortie. Une fois piégés, les insectes luttent jusqu’à l’épuisement et se noient dans l’eau de pluie accumulée au fond de l’urne. La digestion des insectes s’effectue par l’entremise de bactéries présentes dans l’eau et fournit de précieux éléments nutritifs à la plante.

 

La linaigrette à large gaine (bogs)

Cette plante herbacée de la famille des Cypéracées forme des touffes en hauteur de 30 à 60 cm. Ce sont des fleurs qui ressemblent à des boules de coton. Cette plante  est commune dans les tourbières naturelles, mais on la retrouve aussi comme plante pionnière dans les zones perturbées.

 

 petit-daphne

Le petit-daphné caliculé (bogs)

Ce petit arbuste arrondi de la famille des éricacées est la plante vasculaire la plus commune dans les tourbières canadiennes. La face inférieure de ses feuilles est parsemée de taches de couleur rouille. Elle est considérée comme un héraut du printemps puisqu’elle fleurit plus tôt que toutes les autres espèces de tourbières. Cela a donné à la plante son surnom de « Cassandre » en référence à la figure de la mythologie grecque qui pouvait prédire l’avenir, mais que personne ne croyait.

 carex

Les carex (fens)

Le carex est une grande plante herbacée de la famille des Cypéracées. Le nom latin, carex, vient du grec kairo, qui signifie « je coupe », en référence aux arêtes vives des feuilles. Les carex ressemblent aux herbacées, avec leurs feuilles en forme de ruban et leurs petites fleurs ternes. Cependant, contrairement  aux herbacées, les carex ont des tiges pleines et triangulaires. Parce que les carex sont très communs, ils sont une source de nourriture pour plusieurs espèces de mammifères et d’oiseaux aquatiques.

 scirpes

Les scirpes (fens)

Les scirpes sont de grandes plantes herbacées au feuillage bleu-vert qui poussent dans les marais et les marécages. Elles forment de grandes colonies qui créent des sites de nidification naturels pour les oiseaux. Avec leurs tiges rondes et creuses, elles sont utilisées pour faire une grande variété d’articles, comme des tapis et des nattes. En outre, leurs rhizomes et leur pollen ont été utilisés comme nourriture par les Amérindiens.