Rechercher sur le site

X

Analyse du cycle de vie environnementale (ACVe)

Définition

L’analyse du cycle de vie est une approche reconnue internationalement qui évalue les effets potentiels sur la santé humaine et l’environnement de produits et services tout au long de leur cycle de vie, « du berceau à la tombe ». L’analyse consiste à :

  • dresser un inventaire des intrants et extrants pertinents;
  • évaluer les effets environnementaux potentiels provenant des intrants et extrants;
  • interpréter les résultats de l’inventaire et des effets environnementaux.

L’industrie canadienne de la tourbe a effectué une analyse environnementale du cycle de vie (ACVe) qui couvre les processus et activités liées à la production, le conditionnement, la distribution et l’utilisation finale de la tourbe de sphaigne canadienne. L’ACVe est basée sur les activités commerciales et les opérations qui ont eu lieu au Canada en 2006.

Parce que la tourbe n’est qu’une composante de substrats de culture parmi tant d’autres utilisées par les producteurs en serres, les exploitants de pépinières et les jardiniers, son effet sur l’environnement durant la phase d’utilisation est difficile à isoler rich casino. La tourbe interagit étroitement avec d’autres intrants du mélange ainsi que d’autres composantes environnementales en serre ou dans le jardin. En raison de sa nature très complexe, la phase d’utilisation a été exclue de l’ACVe.

Fiche environnementale de produit

 

Qu’est-ce que la tourbe horticole?

Cycle de vie

Résultats de l’ACVe

L’analyse du cycle de vie révèle que le transport de la tourbe, principalement par camion, de l’usine d’emballage jusqu’à l’usager final, est l’aspect qui a le plus d’effets sur la santé humaine, l’acidification des eaux et l’eutrophisation aquatique.

En ce qui concerne les catégories changements climatiques et utilisation des ressources, les conséquences sont plus subtiles. La décomposition de la tourbe en fin de vie est l’effet le plus important dans la catégorie changements climatiques, suivie par la décomposition de la tourbe dans la tourbière non-restaurée (décomposition in situ). Les émissions de CO2 après la fermeture du site de récolte sont considérablement réduites si le site est rapidement restauré en tourbière naturelle.

Au stade de la récolte, une part importante des effets dans toutes les catégories résultent de l’utilisation d’équipements motorisés. L’entretien des canaux de drainage, la préparation du site et la récolte de tourbe ont le plus de répercussions sur l’environnement.